archives

Quelques grandes familles

Vous êtes ici : Archives privées / Introduction / La série J aux Archives départementales du Tarn / Le contexte historique / Les archives seigneuriales / La seigneurie en Albigeois / Quelques grandes familles

Testament de Sicard Alaman en faveur de son fils Sicard, 1er juin 1275. Archives départementales du Tarn, 30 J 2.

Quelques grandes familles seigneuriales dominent le paysage tarnais.

La famille des Alaman (51), famille de noblesse moyenne qui s’élève par le service des comtes de Toulouse et du roi de France au XIIIe siècle. Ils ont été seigneurs du Castelviel à Albi au XIIe siècle, et Doat Alaman est seigneur de Labastide (actuel Labastide-de-Lévis) et de Villeneuve-sur-Vère dont il semble être le fondateur, mais la famille s’efface après 1300.

La famille de Lautrec, famille des vicomtes de Lautrec, a une permanence dans notre département depuis le Xe siècle avec plusieurs branches : les Lautrec-Venès – branche qui prend fin au XVe siècle en vendant la seigneurie –, les Lautrec-Lévis, la branche d’Ambres, la branche Montfa Saint-Germier (les Toulouse-Lautrec) (52).

La grande maison des comtes de Foix est présente aux XIIIe-XIVe siècles. En 1306, le comte de Foix, vicomte de Béarn et de Lautrec, échange sa vicomté de Lautrec avec le roi contre la seigneurie de Caraman. Grâce au Domanial de Lautrec réalisé à la demande du roi en 1338, une enquête est menée pour connaître précisément les droits respectifs du roi, des vicomtes et de l’évêque de Cahors dans la vicomté de Lautrec. C’est surtout grâce à la remarquable étude du Domanial par Philippe Zalmen que  la connaissance de la vicomté et de la riche famille de Foix dans notre région a progressé. (53) Toutefois, le comte de Foix n’est pas vraiment présent sur ses terres, des officiers gèrent le Lautrécois.

La grande famille de Lévis, plus connue sous le nom de Lévis-Mirepoix, est connue depuis le XIIe siècle comme vassale des seigneurs de Montfort. Au XIIIe siècle, elle participe à la croisade des Albigeois et devient une puissante famille du Languedoc. Philippe de Lévis est seigneur de Lautrec dès le XIIIe siècle et sa descendance y est encore présente au XIVe siècle. (54)

La famille d’Amboise-Aubijoux est aussi une famille importante, celle des seigneurs de Graulhet. On la retrouve dans les archives du chartrier de Graulhet-Saint-Sulpice (30 J) en particulier Louis d’Amboise, comte d’Aubijoux, conseiller d’État, chambellan du duc d’Anjou, gouverneur d’Albi, Castres, Lavaur et Pézenas (Hérault) au XVIe siècle.

Quelques familles nobles de moindre importance ont aussi joué un rôle dans l’histoire du Tarn : les familles de Tonnac dans le Cordais ; de Viviès, noblesse toulousaine du XIIIe siècle qui s’établit dans le Castrais au XIVe (branche de Viviers, de Tauriac, de Saint-Urcisse) ; de Rabastens, avec au XIVe siècle, Pierre Raymond de Rabastens, bailli d’Amiens puis sénéchal du Poitou, d’Agenais et de Gascogne, maître des requêtes de l’Hôtel du duc d’Anjou, etc. ; de Castelpers, famille du Rouergue qui achète la vicomté d’Ambialet en 1388 ; d’Hautpoul, ayant appartenu à la cour des Trencavel ; Monteil-Adhémar, seigneurs de Lombers de 1228 à 1313 ; Boffille de Juge, d’origine italienne au XVe siècle, diplomate, négociateur et capitaine, il est l’agent diplomatique du roi Louis XI, il obtient Castres et son comté en 1477, mais ce sont ses lieutenants qui administrent ses biens ; la famille Peire de Brens (55) dont on perd la trace vers la fin du XIVe siècle ; de Lescure, depuis le XIe siècle, etc.

Avec l’arrivée du pouvoir royal, la vieille noblesse implantée dans l’Albigeois va conserver ses pouvoirs, mais ceux-ci sont progressivement menacés ou diminués par l’affirmation du pouvoir royal.