archives

Les inventaires transversaux

Vous êtes ici : Archives privées / Introduction / Méthodologie / Les inventaires transversaux

La série J a déjà fait l’objet d’explorations diverses, avec les inventaires « transversaux » comme le catalogue des Cartes et plans d’Ancien Régime (201) par exemple. Cet inventaire typologique, réalisé par Jean-Véran Brachat, a recensé tous les plans anciens contenus dans toutes les séries. La série J en renferme beaucoup, environ le tiers du corpus, presqu’à égalité avec les archives communales.

Le  travail sur le recensement des Écrits du for privé (journaux, livres de raison, etc.) réalisé en 2006 en est aussi un exemple. Cette enquête lancée dans le réseau des services d’archives publiques à l’initiative des Archives de France, en partenariat avec un groupe de recherche du CNRS (202), s’est concrétisée par un inventaire sommaire, soit plus d’une centaine de références entrées dans la base de données nationale, consultable sur  le site internet construit par le CNRS.  Sont présents dans la « base de repérage », les « Écrits du for privé » du Tarn (203), principalement en série J mais pas exclusivement.

Assistance et prévoyance sociale de 1800 à 1940 : sous ce thème sont regroupés des documents d’archives publiques classés en série X (Fonds de la Préfecture : hôpitaux et hospice, bureaux de bienfaisance, assistance médicale, retraite ouvrière et paysanne, etc. ; Fonds du service départemental des enfants assistés) et des archives privées des sociétés de secours mutuels, regroupées dans le fonds 83 J (204).

Un État des fonds des Archives communales réalisé par Françoise Cayre, coordonné par Sophie Izac-Imbert a vu le jour en 2010 (205). Pour chaque commune du département, sont recensées de façon détaillée dans les « Sources complémentaires », les archives privées ainsi que les principales sources d’archives publiques contenues en série J, dans la rubrique « Archives entrées par voie extraordinaire », ce qui équivaut à une indexation par commune.

L’État des fonds des archives notariales, commencé en 2006, est une vaste entreprise en cours. Il recense aussi les registres de notaires conservés en série J (206). Ce travail a permis de découvrir quelques documents privés, comme des reconnaissances féodales ou des livres de raison dont l’analyse a été placée pour chaque lieu, sous le titre forgé « Autres documents ».

Tous ces inventaires ou états des fonds sont mis à jour électroniquement, au fur et à mesure des entrées et des divers classements de la série J. Ils constituent des accès au contenu de la série par une voie différente. C’est l’intérêt des nouvelles technologies. Elles changent la donne en matière d’exploration des inventaires, et créent des accès multiples, par des liens entre les séries du cadre de classement des Archives départementales. Les moteurs de recherche peuvent aussi balayer tous les inventaires « tous azimuts » (207).